Chronologie des médias, un casse tête pour Disney Plus France

Par | 31 août 2019

Casse-tête pour la programmation, frustration pour les spectateurs, l’arrivée de Disney + en France soulève la question de la chronologie des médias, une règle qui semble ne s’appliquer que dans notre pays. Résultat, les films qui seront diffusés sur la plateforme de streaming ne pourront l’être que 36 mois après leur sortie en salle.

Ce que l’on appelle la Chronologie des médias, est une règle qui fixe les délais de diffusion des films de cinéma sur des supports tels DVD ou Blue Ray, sur les écrans de télé et les plateformes de VOD, après leur sortie en salle.

Pour les plateformes de vidéos à la demande, il existe deux cas de figures suivant que la plateforme à signé des accords avec l’industrie du cinéma ou pas. Ainsi, quand un film sort au cinéma, il faut attendre 36 mois pour qu’il soit diffusé sur une plateforme de VOD, si celle-ci n’a pas signé d’accord. Ce qui risque d’être le cas de Disney Plus.

Si Canal + et OCS ont obtenu des dérogations, c’est suite à leur engagement de soutenir la création en France.

>> A lire : Films, séries, magazines disponibles sur les écrans Disney Plus

De son côté, Netflix sort ses films au cinéma au compte-goutte en France, pour pouvoir les diffuser plus rapidement sur son service de streaming. Il en va de même pour Amazon Prime et bientôt Disney +.

Cette infographie publiée par le Figaro explique plus précisément le principe de la chronologie des médias.

chronologie des médiasQuelles conséquences pour Disney + France ?

Ces 36 mois d’attente auront une conséquence directe sur les programmes disponible sur Disney + lors de son lancement en France. Impossible de diffuser des films récents. Ce sera donc des films sortis avant 2016 qui feront l’offre en France.

Ainsi, Zootopie, Le Monde de Dory, Rogue One : A Star Wars Story seront accessibles ainsi que tous les films antérieurs. En revanche, pas d’Avengers Infinity War, ni de Captain Marvel, au premier jour comme aux Etats-Unis où le film sera proposé dès le 12 novembre jour du lancement. Frustrant non ?

Et Disney devra faire face à un autre problème, celui de récupérer les droits de diffusion de ses propres films au près des chaînes qui les ont acquis par le passé. Et qui ne se priveront pas de les diffuser en masse pour attirer le public.

>> A lire : A quoi pourrait ressembler la plateforme Disney + ?

Les droits des Simpsons sont détenus par M6 pour une première diffusion, ceux de Star Wars sont chez TF1 jusqu’en 2024 et la liste est longue. Les productions sous la bannière The Walt Disney Company sont toujours une garantie à la fois de qualité et d’audience.

Mais le catalogue de la maison de Mickey reste énorme et les séries originales, comme le Mandalorien ou celles prévues chez Marvel offriront beaucoup de fraîcheur au public qui ne se privera pas de revoir des grands classiques comme Fantasia et autre Bambi. 

Les plateformes de streaming vont être la future norme de diffusion des films, après Disney, d’autres grands Studio Hollywoodien préparent eux aussi leur propre plateforme. Cela prendra encore un peu de temps mais, la législation sera obligée d’évoluer et de s’adapter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *